Un Million de dollars en deux heures pour SuperNET

0
2704

Dans le monde de Bitcoin, arnaques et vols en tout genre sont monnaie courante. Comment jl777, un développeur anonyme, est-il alors parvenu à gagner la confiance de la communauté pour financer un nouveau projet inédit et pour le moins audacieux ?

6 septembre 2014 – Un développeur de logiciels dont on sait seulement qu’il s’appelle James Lee, souvent désigné par son pseudonyme jl777, a collecté le montant record de 2 000 bitcoins, soit presque 800 000 euros, au premier jour d’une levée de fonds.

Le projet, nommé SuperNET, vise à répondre aux problèmes les plus criants dans le secteurprometteur et en constante évolution des monnaies numériques, secteur qui n’est cependant pas exempt de défauts. Les cryptomonnaies, la plus connue étant le Bitcoin, sont un ensemble de technologies qui permettent non seulement aux utilisateurs de transférer de l’argent entre eux, mais également de s’envoyer des messages, d’échanger des biens numériques et même des parts de sociétés virtuelles, le tout sans nécessiter l’intervention d’aucune autorité centrale quelle qu’elle soit, d’aucune banque ni d’aucun opérateur de confiance.

LE SUPERNET

Le principe est simple : fédérer différentes monnaies numériques aux rapports jusqu’alors concurrentiels en partageant les caractéristiques des plus innovantes, grâce à une multitude de services générateurs de revenus permettant, d’une part, d’en financer le développement et, d’autre part, d’attirer les experts les plus talentueux de l’univers des cryptomonnaies, mais aussi de l’extérieur. L’objectif à atteindre lors de l’ICO (pour « Initial Crowdfunding Offering », un type d’offre publique) a été fixé, à titre informatif, à 10 000 bitcoins, soit environ 4 millions d’euros.

Bien que ce montant puisse sembler peu élevé par rapport aux standards des grandes entreprises high-tech, il s’agit en réalité d’une énorme somme d’argent pour le secteur bourgeonnant des monnaies numériques, d’autant plus après les nombreuses escroqueries qui ont déjà eu lieu. Le seul projet d’une telle ampleur était jusqu’alors Ethereum, une nouvelle plate-forme qui a levé un total de 11,5 millions d’euros en organisant sa propre collecte de fonds. Cette dernière pouvait cependant compter sur une redoutable machine publicitaire allègrement financée, sur des développeurs dont l’identité est publique et sur plusieurs mois de préparation. L’ICO de SuperNET, qui a atteint les même résultats que celle d’Ethereum durant les premiers jours, a quant à elle été organisée en deux semaines seulement par un développeur dont l’identité et la nationalité restent inconnues. Comment cela a t-il été possible dans une communauté cynique et généralement bien informée ?

TOUT EST QUESTION DE RÉPUTATION

La réponse est simple : « la réputation de jl777 le précède », comme l’a fait remarquer un membre d’un forum dédié aux cryptomonnaies en réponse à une critique. Bien qu’une minorité l’ai, dès l’annonce de son projet, accusé d’être un escroc, les retours ont plus généralement été très positifs et les fonds levés à la hauteur des attentes.

Dans le monde des monnaies numériques tout est question de réputation. Et pour cause, la réglementation en vigueur accuse des mois voire plusieurs années de retard sur la technologie. Les cryptomonnaies n’échappent pas à la règle, le monde extérieur commence tout juste à s’y intéresser et les autorités tardent à légiférer. Ainsi, les possibilités de poursuites des auteurs de fraudes, dont l’identité est parfois même connue, sont encore trop minces. En résulte le plus libre des marchés libres, avec les avantages et les inconvénients que cela implique : une sorte de turbo-capitalisme, ultra-méritocratique qui favorise l’innovation comme nulle part ailleurs dans le monde. Revers de la médaille, il attire également des individus peu scrupuleux. Dans cet univers les gens ne sont jugés ni sur leur CV, ni sur leurs diplômes moins encore sur leur apparence, mais par ce qu’ils ont accompli. Et jl777, James, est largement reconnu pour avoir accompli de nombreuses choses.

DES PROJETS DÉJÀ AMBITIEUX

Il est notamment à l’origine du Multigateway, une plate-forme d’échange révolutionnaire qui n’est contrôlée par aucune autorité centrale. En y réfléchissant un instant, cela aurait été inimaginable il y a quelques années encore. C’est ainsi que l’innovation fonctionne dans le monde des monnaies numériques : penser à une idée en apparence impossible à réaliser et en faire une réalité. Le réseau interconnecté formé par les différentes entreprises virtuelles de James, regroupées sous le nom de « Nxt Ventures » a déjà fait ses preuves tant d’un point de vue technologique que financier. James s’est également fait remarquer par sa grande générosité : partant du constat que ses besoins financiers étaient comblés, il a ainsi donné l’équivalent de plusieurs centaines de milliers d’euros à plusieurs projets. jl777 structure l’ensemble de ses activités pour tirer pleinement parti de Nxt, une monnaie virtuelle émergente qui, âgée de 9 mois seulement, est déjà devenue incontournable.

Depuis décembre 2013, les développeurs du noyau de Nxt ont créé des fonctionnalités innovantes à un rythme effréné, allant d’une place de marché peer-to-peer à un système d’alias pouvant servir de DNS, en passant par une bourse d’échange d’actifs décentralisée pour n’en citer que quelque-unes. C’est sans compter un système monétaire qui permettra à n’importe qui, voir n’importe quel État, de créer sa propre monnaie en surcouche à Nxt. Ce système est actuellement en phase finale de développement. Toutes les fonctionnalités du noyau seront accessibles à la totalité des utilisateurs de SuperNET. Ajoutez à cela les revenus provenant des parts détenues dans les autres monnaies les plus innovantes et directement redistribués aux actionnaires, et vous détenez la recette du succès.

« Rien n’est plus fort qu’une idée dont le temps est venu »

La question qui se pose à présent est : Comment se fait-il que SuperNET n’ait pas été créé plus tôt ?
Plus on y pense, plus ce dernier paraît déjà indispensable.

Je tiens à remercier la personne qui m’a envoyé cet article. Quelle n’hésite pas à se manifester dans les commentaires.

Credit Image: Owencm