A Luxembourg, comme à Paris, le Repas du Coin connait un succès que l’encombrement de la salle de restaurant permet de mesurer .

Deux ans après le premier déjeuner organisé à Luxembourg, ce sont en effet 31 convives qui se sont réunis, largement issus du Grand-Duché, mais aussi belges venus de la Wallonie voisine ou de Bruxelles, et des français venus de Bordeaux, Toulouse, Paris et… bien plus loin (jusqu’à Salt Lake City).

Dans l’agréable cadre de la Boucherie sur la Place d’Armes, les conversations ont roulé sur une riche actualité: projets d’ICO en tous sens (même le bon), fureur régulatrice d’un peu tout le monde et surprises du G20, mais aussi place du bitcoin dans les fonds, un thème qui à Luxembourg ne pouvait être ignoré. Comptabilité, régulation et définition du cadre législatif et réglementaire, relations avec les autorités, vues de Luxembourg, les choses sont parfois bien différentes !

Les convives ont pu admirer les véritables petits lingots à bitcoin conçus par CoinPlus, ce qui a ouvert des discussions sur les usages patrimoniaux de Bitcoin, mais aussi sur les thématiques de storage pour les professionnels.

 

Le Cercle du Coin organisant, en soirée, son 4ème meet-up, dans les bureaux luxembourgeois de Maltem, certains convives ont poursuivi les échanges sur une terrasse de la place d’Armes, sous le ciel encore frais mais déjà largement ensoleillé de la Place d’Armes.

Article précedent31ème Repas du Coin (à Tours)
Prochain article33ème Repas du Coin (à Paris)
Jacques Favier
Jacques Favier est co-fondateur et Secrétaire du Cercle du Coin, et l'un des 3 animateurs des repas du Coin. Normalien et agrégé d'Histoire, après un court passage par la Banque, il a eu une longue expérience dans l'investissement. Intéressé par l'histoire de la monnaie, collectionneur d'instruments monétaires, financiers ou para-monétaires les plus divers, il aborde la révolution du bitcoin à la fois en investisseur et en historien. Il ne déteste pas les détours par la BD. Sur son propre blog La voie du Bitcoin il veut faire partager sa conviction que l'histoire permet d'enrichir notre questionnement sur les mutations présentes, avec leurs risques et leurs opportunités. Mais il écrit aussi régulièrement sur le Coin-Coin, en abordant des sujets plus politiques ou actuels.