Tradition maintenue avec ce 4ème repas printanier à Bordeaux, où la communauté crypto est particulièrement active, autour notamment du WineCoin. Le repas s’est d’ailleurs déroulé dans l’agréable Central Pub Gambetta, repaire des cryptos girondins !

Parmi le 25 convives , un bon nombre de développeurs mais aussi une personne de Bordeaux Métropole. Et bien sûr, comme toujours, des amis venus de Toulouse ou de région parisienne, ainsi que de Belgique ou du Luxembourg.

Parmi les conversations, les diverses démarches et manoeuvres  politiques (Assemblée, mission Landau) , l’essor des blockchains de 3ème ou 4ème génération (qui comte encore?), les ICO et leur univers impitoyables, et naturellement les potins mondains du petit monde de la crypto francophone.

Pour nombre de participants les conversations se sont poursuivies entre le déjeuner et le meet-up que le Cercle du Coin organisait le soir même. Les orateurs, outre Jacques Favier, étaient déjà présents à midi, le professeur Marc Artzrouni, mathématicien ayant développé des équations rendant compte des schémas de Ponzi, venu de Pau, ou le gendarme Stéphane Tonelli, enquêteur spécialisé dans la cyber-criminalité, venu de Toulouse. Mais le lecteur n’en saura pas davantage sur les confidences recueillies : « le repas est un événement privé »

Prochaine rencontre à Neuchâtel en juin…

Article précedent33ème Repas du Coin (à Paris)
Prochain article35ème Repas (à Neuchâtel)
Jacques Favier
Jacques Favier est co-fondateur et Secrétaire du Cercle du Coin, et l'un des 3 animateurs des repas du Coin. Normalien et agrégé d'Histoire, après un court passage par la Banque, il a eu une longue expérience dans l'investissement. Intéressé par l'histoire de la monnaie, collectionneur d'instruments monétaires, financiers ou para-monétaires les plus divers, il aborde la révolution du bitcoin à la fois en investisseur et en historien. Il ne déteste pas les détours par la BD. Sur son propre blog La voie du Bitcoin il veut faire partager sa conviction que l'histoire permet d'enrichir notre questionnement sur les mutations présentes, avec leurs risques et leurs opportunités. Mais il écrit aussi régulièrement sur le Coin-Coin, en abordant des sujets plus politiques ou actuels.