Comme en 2015 et 2016, un troisième repas du Coin s’est tenu à Bruxelles ce mercredi 22 novembre. C’était dans le quartier (jadis) populaire de Marolles, dans le (toujours) accueillant Stekerlapatte dont l’ambiance ravit tout le monde et dont le fumoir émerveille quelques français. Vive la libre Belgique !

(l’apéritif est un moment important des repas du Coin!)

Comme à Paris, l’attractivité de cette rencontre ne se dément pas et s’exerce au loin : 32 convives (chiffre doublé depuis le premier repas bruxellois) dont 10 nouveaux, une quinzaine de français, tout juste un peu moins de bruxellois et dix villes représentées.

Ce serait mentir, évidemment, que de faire croire que l’on n’a pas parlé du cours de bitcoin. A ce niveau, certains commencent aussi à parler de fiscalité, notamment dans un pays qui ignore l’imposition des plus values.

Le Cercle du Coin organisant le soir même un meet-up dans les locaux de Maltem rue de la Loi, les sujets annoncés, et notamment la consommation énergétique de Bitcoin, ont été largement débattus d’autant qu’une campagne assez insistante de plusieurs médias présente le sujet de façon souvent caricaturale ou simplement erronée.

Beaucoup de développeurs, donc des conversations techniques aussi. Enfin, plusieurs participants étaient responsables de meet-up (à Bruxelles ou Liège, mais aussi à Paris, Toulouse, Marseille et Bordeaux) et les sujets de conversation liés à la vie de la communauté ont été nombreux.

Certains ont poursuivi ce moment de convivialité toute l’après midi en attendant de se rendre au meet-up. Une « journée du Coin » sous un soleil très convenable pour la saison et dans l’amitié au delà des frontières.

 

Article précedent27ème Repas du Coin (à Paris)
Jacques Favier
Jacques Favier est co-fondateur et Secrétaire du Cercle du Coin, et l'un des 3 animateurs des repas du Coin. Normalien et agrégé d'Histoire, après un court passage par la Banque, il a eu une longue expérience dans l'investissement. Intéressé par l'histoire de la monnaie, collectionneur d'instruments monétaires, financiers ou para-monétaires les plus divers, il aborde la révolution du bitcoin à la fois en investisseur et en historien. Il ne déteste pas les détours par la BD. Sur son propre blog La voie du Bitcoin il veut faire partager sa conviction que l'histoire permet d'enrichir notre questionnement sur les mutations présentes, avec leurs risques et leurs opportunités. Mais il écrit aussi régulièrement sur le Coin-Coin, en abordant des sujets plus politiques ou actuels.