Une affluence record pour ce repas parisien placé entre celui de Dijon en septembre et celui de Bruxelles en novembre, mais avec un bon quart des 40 convives venus des régions. Et toujours un contingents de « nouveaux » convives (12 ce jour) prouvant que le « Repas » est devenu une occasion recherchée de rencontres conviviales.

« Repas de millionnaires » ? Après la diffusion par une chaine de télévision nationale d’un documentaire plaçant Bitcoin avec le loto, les plaisanteries étaient nombreuses sur ce thème, d’autant que sans atteindre le seuil du million d’euros, le cours du Bitcoin change réellement, chacun peut s’en rendre compte, la perception qu’en ont des publics très différents.

L’attitude prudente ou indécise des pouvoirs publics (plusieurs convives participaient le soir même aux consultations de France Stratégie) suscite toujours bien des spéculations tandis que les menaces de grands patrons de la finance ou les imprécations de petits retraités de banque alimentent plutôt la joyeuse humeur des bitcoineurs.

L’approche du possible fork Segwit2X, la vague des ICO, ses opportunités et ses dérives, ont fourni des thèmes de discussion passionnée que la présence de chercheurs et d’universitaires permettait d’encadrer utilement.

Comme d’habitude, le repas s’est poursuivi par petits groupes dans les cafés de la rue Montorgueil, d’autant que plusieurs convives avaient ensuite rendez-vous pour la réunion trimestrielle du Cercle du Coin.

Article précedent26 ème repas du Coin (à Dijon)
Jacques Favier
Jacques Favier est co-fondateur et Secrétaire du Cercle du Coin, et l'un des 3 animateurs des repas du Coin. Normalien et agrégé d'Histoire, après un court passage par la Banque, il a eu une longue expérience dans l'investissement. Intéressé par l'histoire de la monnaie, collectionneur d'instruments monétaires, financiers ou para-monétaires les plus divers, il aborde la révolution du bitcoin à la fois en investisseur et en historien. Il ne déteste pas les détours par la BD. Sur son propre blog La voie du Bitcoin il veut faire partager sa conviction que l'histoire permet d'enrichir notre questionnement sur les mutations présentes, avec leurs risques et leurs opportunités. Mais il écrit aussi régulièrement sur le Coin-Coin, en abordant des sujets plus politiques ou actuels.