Affluence notable pour un repas en « région ». Il est vrai que nos amis marseillais et aixois demandaient depuis quelque temps avec insistance l’organisation de l’événement.

29 convives dont 19 du cru, nouveaux dans nos repas, et des amis venus comme d’habitude de Belgique, de Luxembourg, de Suisse, de Paris ou du reste de la France se sont retrouvés sur l’agréable petite place Ramus.

Le nom du restaurant, le comptoir des barons n’indiquant rien quant à la présence de quelque baron du bitcoin ou du jeu, chacun fut servi comme un seigneur !

 

 

 

Ce premier repas provençal fut marqué par la présence notable des universitaires, mais aussi de la municipalité d’Aix, représentée par son premier et son second adjoint. Ainsi, si les conversations ont porté sur les rebondissements sans fin (et parfois sans beaucoup d’espoir) de la fiscalisation des cryptos par la Crypto-Nation ou sur le feuilleton  « Bitcoin Cash » elles ont aussi été marquées par la grande curiosité des universitaires comme des élus locaux curieux de nouvelles monnaies. Un représentant de la Banque de France participait avec intérêt à ces échanges très libres et toujours cordiaux.

Nombre de convives ont profité de l’hospitalité des lieux pour poursuivre les conversations durant l’après midi avant de gagner le Carrefour de l’Innovation numérique (100 rue des Bœufs) pour le meet-up aixois au cours duquel devaient s’exprimer Frédéric Martin de la « Chaîne de blocs »,Adli Takkal-Bataille du « Cercle du Coin » et Pierre-Yves Dittlot de Ledgity.

Article précedent38ème Repas, à Paris
Jacques Favier
Jacques Favier est co-fondateur et Secrétaire du Cercle du Coin, et l'un des 3 animateurs des repas du Coin. Normalien et agrégé d'Histoire, après un court passage par la Banque, il a eu une longue expérience dans l'investissement. Intéressé par l'histoire de la monnaie, collectionneur d'instruments monétaires, financiers ou para-monétaires les plus divers, il aborde la révolution du bitcoin à la fois en investisseur et en historien. Il ne déteste pas les détours par la BD. Sur son propre blog La voie du Bitcoin il veut faire partager sa conviction que l'histoire permet d'enrichir notre questionnement sur les mutations présentes, avec leurs risques et leurs opportunités. Mais il écrit aussi régulièrement sur le Coin-Coin, en abordant des sujets plus politiques ou actuels.