La Suisse régularise le Bitcoin

0
6215

Deux pays ont adopté cette semaine des politiques radicalement différentes sur la législation du Bitcoin. L’un lui permettant de devenir une activité officielle et l’autre une monnaie illégale. Les pays tendent à se positionner de plus en plus sur la question des cryptos-monnaies, voici le premier des deux cas : La Suisse.

L’AUTORISATION SUISSE

Jeudi 19, en Suisse, le premier négociant en Bitcoin,  Swiss Bitcoin Exchange (SBEX), vient d’obtenir l’autorisation de la FINMA. Le fondateur et le CEO, Alexis Roussel, églaement vice-président de l’association Suisse du Bitcoin, a déclaré à cette occasion que l’approbation de la FINMA :

« ouvre de fantastiques opportunités pour les crypto-monnaies en Suisse, en créant un environnement stable et clairement régulé dans ce domaine»

L’autorité des marchés financiers indique dans son autorisation du 10 juin qu’elle considèrent l’achat de Bitcoin non pas comme un achat de « biens et services » mais comme un nouveau « moyen de paiement ». Cette legislation est véritablement innovante face à la France qui pour l’instant craint de devoir déterminer le statut du Bitcoin. C’est une bonne nouvelle car la Suisse avait déjà montré par ailleurs beaucoup d’inquiétudes au sujet du Bitcoin. Fin 2013, le conseiller national Jean-Christophe Schwaab demandait dans un postulat au Conseil fédéral d’évaluer les risques pour l’économie de ce nouvel espéranto monétaire. Le Conseil fédéral prépare un rapport sur le bitcoin, qu’il rendra à la fin de cette année.

LE BITCOIN DEVIENT UN MOYEN DE PAIEMENT

Alexis Roussel a réagi ainsi face au choix du statut du Bitcoin par la FINMA :

«Les deux points essentiels dans cette autorisation de la FINMA, c’est que le bitcoin est traité comme un moyen de paiement en Suisse, et qu’un dépôt en bitcoins est considéré comme un dépôt bancaire »

Pour l’instant la plateforme de l’entrepreneur Suisse ne réalise pas de transactions en ligne de Bitcoin. Cela devrait cependant arriver très rapidement selon le CEO. Pour l’instant il est possible de passer des ordres uniquement par téléphone. En vue de profiter de cette autorisation l’entreprise va tout de même lancer dans les prochains jours un service d’achat de bitcoins pour les particuliers nommé Fastcoin en attendant l’ouverture d’une plateforme de trading plus complexe. Pour l’instant SEBX ne peut déposer ses bitcoins dans un établissement bancaire vu qu’aucun n’accepte les dépôts en Bitcoin. Cependant grâce à l’autorisation de la FINMA, une banque spécialisée dans le Bitcoin pourrait rapidement voir le jour. Roussel déclare que « c’est un très grand pas en avant ».

Capture d’écran 2014-06-21 à 05.35.14

IMPLANTATION D’ATM

La dernière gros avantage que procure cette autorisation est la possibilité pour cette société de déployer des ATMs en Suisse. Ils se sont associés avec la société canadienne BitAccess pour déployer un vaste réseau de machine dans toute la Confédération Hélvétique. Un premier ATM déjà installé dans un restaurant de Genève attirait les foules depuis le début de l’année que cela va-t-il être quand la société va déployer ses ATM dans toutes la Suisse ? Que de bonnes nouvelles pour la démocratisation du Bitcoin. Nous vous proposons de terminer l’article sur une note optimiste du CEO Roussel :

« Micro-paiements, votes en ligne, noms de domaine: l’adopter, c’est plébisciter la transparence, répète le vice-président de l’Association suisse du bitcoin. Chaque transaction passe sous les yeux de tous les membres du réseau via un registre public en ligne, ce qui permet de réduire les procédures de vérification, donc les intermédiaires »,

Source : Bilan   Source peinture : ROBERT-FLEURY Galilée devant le Saint-Office au Vatican (1847), Paris, musée du Louvre.