Bitcoin, Pétrole et Baleines

0
661

Tuur Demeester est un investisseur indépendant et un rédacteur d’une lettre d’information. Il a des qualifications dans l’économie Autrichienne et spécialement dans l’école qui étudie les phénomènes de « boom-and-bust » (traduisible par : explosion et destruction ou prospérité de la croissance et forte décroissance) dans l’économie. Aujourd’hui il a décidé de comparer le potentiel destabilisant du Bitcoin face à la finance traditionnelle au bouillonement du Pétrole face à l’industrie d’huile de Baleine au XIXe siècle. Le texte suivant est une traduction française du texte original de Demeester publié sur Coindesk.

Aujourd’hui je vais vous raconter l’histoire de Charles W Morgan :

BALEINES BUSINESS

M. Morgan vivait aux Etats-Unis durant le début du XIXe siècle et a été un entrepreneur et investisseur à succès. Il était spécialisé dans le secteur de l’énergie. Ou bien, nous pouvons nommer ce secteur par son nom d’époque, il était spécialisé dans : La chasse à la Baleine. Ce n’est pas une exagération, à cette époque le monde entier était alimenté en huile de Baleine. Elle était le combustible de la majorité des lampes à huile. Les hommes étaient aussi habitués à faire des bougies avec le spermaceti, ces bougies brulaient mieux, tout en ne sentant pas la même mauvaise odeurs que les graisses animales ou la cire. L’omniprésence des bougies en blanc de baleines a laissé des traces dans la mesure permettant de connaître le niveau d’intensité d’une lumière, nommée candela, qui était fixée à l’origine sur ces bougies de spermaceti.

trafficdebaleines

LA BATEAU DE MORGAN

Quand Charles Morgan fut impliqué dans la baleine, c’était une industrie qui avait cru depuis cinq decénies. Cette entreprise devenait très lucrative, les gouvernements étaient présents depuis des dizaines d’années pour réguler la baleine. C’était d’ailleurs un des aspect les plus importants de ce secteur, il était hautement régulé. À ce moment-là, Morgan monta une flote de sept baleiniers. En 1841, à l’apogée de l’industrie de la baleine, il lança la construction d’un huitième bateau de bois de 351 tonnes, et devinez quel nom il lui donna ? Le sien.

morganboat

CHANGEMENT DE CAP

Cependant quelques années plus tard Morgan sentit que le filon commencait à être trop utilisé, la compétition était terrible ! Il a aussi découvert que la population des baleines diminuait fortement, la rendant plus chere et plus dure à attraper dans des eaux toujours plus profondes. C’est pourquoi il décida en 1846 de commencer à vendre ses baleiniers et à se diversifier dans d’autres secteurs comme le minage, la construction féroviaire et les banques.

LA DÉCOUVERTE DU KÉROSÈNE

Morgan pris sa décision juste au bon moment car en 1849, un géologiste canadien qui distillait vit une substance huileuse sortir de goudron de houille, il l’appela Kérosène. Cela n’a pas pris longtemps pour que le marché passe d’un éclairage à la baleine à un éclairage moins chèr au pétrole. Et dans les années 1850 l’invention de la paraffine, un distilat du pétrole, rima avec une destruction de la demande de spermaceti de baleines. (Les lampes electriques ne sont inventées qu’en 1880) Après des dizaines d’années de forte croissance et de domination du pétrole, l’âge d’or de la baleine aller plus ou moins se terminer quelques années plus tard.

oilvswhale

LA RÉACTION DES BALEINIERS

Cela ne veut pas dire bien sûr que tous les chasseurs de baleines ont directement fait faillite. Un nombre inculculable d’entre eux ont saisi l’opportunité naissante du marché du pétrole. En réalité, il y avait pas mal de relations entre les deux secteurs :

• Les deux étaient des marchés de prospérité de la croissante puis de ralentissement de celle-ci.

• Les baleinier étaient familiers avec  le phénomène d’épuisement des stocks

• Chercher de l’huile de baleine était une tâche pleine d’aventures et de dangers, tout comme la recherche de pétrole.

• Le pétrole devait être raffiné par un procédé chimique, l’huile de baleines également

Et ce n’est pas surprenant que l’historien Samuel John Mills Eaton fasse ce commentaire en 1866 :

« Beaucoup des vieux baleiniers ont jété le harpon et les filets et se sont reconvertis dans le business qui consiste à chercher des sites pour puiser du pétrole en cherchant avec la même hargne et perservérance qu’ils démontraient lorsqu’ils chassaient ces monstres des mers. »

LA MÊME RÉVOLUTION ?

Aujourd’hui mes amis et moi voyons l’histoire se répéter. La vieille industrie de la monnaie et de la finance d’une part, et un tout nouveaux système monétaire technologique d’autre part. Il y a quelques parallèles entre le XIXe siècle, siècle du pétrole, et notre époque que nous pouvons distinguer :

I L’industrie des monnaies fiduciaires, incluant les banques centrales a été en croissance continue depuis plus de 50 ans, elle est rudement régulée et à été à l’origine de la crise mondiale de 2008.

II Les banquiers sont également aujourd’hui à la recherche d’une proie rare : le rendement. Faire un retour sur investissement dans cette environnement économique qui subit une inflation continue provoquée par les banques centrales est hautement risqué, peut-être plus que la traque du Capitaine Ahab qui cherchait la baleine nommée Moby Dick.

III Des technologies nettement plus efficaces font des vagues et ont une croissance incroyable forte et rapide. Pour illuster le propos, quelques mois plus tôt, une transaction de 100 millions de dollars a été faite en bitcoin et :

• Elle a été effectuée en une fraction de seconde

• Elle n’a utilisé aucun intermédiaire

• Les frais de transactions ont été quasi-nuls

• La vie privée des deux agents a été respectée

• Cela s’est passé un dimanche

L’éfficacité de cet exemple est indéniable.

transactionnov11

IV Comme le pétrole au XIXe siècle, le prétendant à ce status quo :

• Est un candidat étonnant

• Il n’a pas de soutien de l’établishment intellectuel

• Il est associé à la fraude et aux arnaques

• Les innovations sont à la fois effrayantes et d’une puissance incroyable.

• Le secteur est volatile avec de violents changements de prix et de spectaculaires faillites.

volatilitepetrole

V Les entreprises dans la crypto-monnaie commencent à arracher leurs meilleurs esprits aux banques

Tout comme cela a été le cas avec l’huile de baleine et l’industrie du pétrole, le Bitcoin et son statut légal du point de vue des banques est minutieusement étudié. Il y a donc de gigantesques opportunités pour les banquiers qui pourront donner de la valeur à cette nouvelle économie. Est ce que ces intrigants parallèles nous montre la suite du monde bancaire et financier tel que nous le connaissons ? Est-ce qu’il nous montre que le Bitcoin est destiné à devenir la nouvelle reserve monétaire mondiale.

LES CERTITUDES

On ne peut en être sûr, mais ce que ces similitudes nous disent haut et fort c’est : ne prenez pas ce status quo comme acquis. Laissez moi décrire quelques pensés à propos des défis et des opportunités qui se présentent devant nous. Techniquement ce que nous voyons c’est que les nouvelles technologies cryptographiques ont amené le jeu bancaire à un tout nouveau niveau. Les vieilles règles s’applique sur un très faibles espaces.

LA DEMANDE DU CONSOMMATEUR

Voila ce que les consommateurs vont de plus en plus demander dans le futur :

• Du contrôle et de la flexibilité : Tout comme Steve Jobs a imposé un nouveau standard avec « 1000 chanson dans ma poche avec mon iPod » , les consommateurs ne seront jamais satisfaits sans quelque chose comme « une banque dans ma poche »

• Que les dépôts bancaires soient hautement transparents, et qu’ils puissent y’avoir des audits pour avoir la possibilité de vérifier quoi que ce soit.

• Que le courtage de prêts et d’emprunts soient des services séparés. Avec l’abscence d’une banque centrale pour rembourser les prêts, il n’y aucun avantage à augmenter le risque de fraudes et d’insolvabilité en mélangeant ces deux industries indépendantes. C’est ce que l’on voit déjà apparaître dans le Bitcoin aujourd’hui.

• il faut une monnaie avec une chartre 100% prévisible : Les barbus vont dire que les écolos ne l’ont pas encore (pas sûr de ma traduction sur ce point), cependant les gens vont vouloir un système financier où il n’auront plus à croire en une institution centrale opaque.

• Finallement les gens vont demander de l’anti-fragilité : ils n’accepteront pas une seule faille centrale. C’est sûr, peut-être qu’aujourd’hui il la supporte, mais après le cycle de crises à répétitions généré par les banques, beaucoup d’eux ont perdu patience.

NOTRE NOUVELLE RÉALITÉ

Et quelle opportunité ! Pour la première fois dans l’Histoire, nous sommes à même de construire un système financier robuste et attractif dont l’humanité entière peut bénéficier. Et quelle opportunité aux Pays-Bas ! L’adoption du Bitcoin est une des plus forte dans ce pays, et il y a un savoir faire présent dans l’entrepreunariat près à passer à la vitesse supérieure. Tout le savoir est déjà disponible dans cette endroit pour en faire une nouvelle Silicon Valley de la monnaie 2.0, le nouveau Hong-Kong de la finance du XXIe siècle.

Tout comme la banque d’Amsterdam était centrale pour le siècle d’or de la monnaie Allemande, la crypto-monnaie pourrait être la clef de cette nouvelle ère de prospérité dans le pays des digues. Donc ne soyons pas effrayé par cette révolution mais embrassons-là.

Source (texte original) : Coindesk  Source des images :  Vintage car image