Comme en 2015 et 2016, c’est en mai que les bitcoineurs ont tenu leur 3ème repas dans une cité girondine baignée de soleil.

Retrouvailles dès midi devant le Cajou Caffé place Camille Jullian (un historien!)

26 convives, dont 13 nouveaux participants, une assistance très largement bordelaise malgré le déplacement en force de quelques toulousains, de deux parisiens et d’un marseillais.

Une avocate bordelaise (une pionnière à tous les sens du terme!) et beaucoup de développeurs à ce repas, donc des conversations souvent techniques.

On a également évoqué les récentes ICO, pris des paris sur l’impact de l’implémentation de Segwit dans moins de deux mois sur le cours du bitcoin, mentionné des expériences les plus diverses autour de blockchains, regretté la persistante hostilité d’une certaine presse et moqué les publications incongrues d’un ancien banquier.

Le T-shirt « Thanks a million » importé de Paris a fait forte impression…

Quelques dédicaces d’exemplaires de « Bitcoin la monnaie acéphale » et beaucoup de bières, une promenade presque rituelle au Jardin Public pour poursuivre les échanges entre le repas et le meet-up au Café français au pied de la cathédrale. Les derniers passionnés se sont quittés à la nuit tombée…

Article précedent23ème Repas (à Lille)
Jacques Favier
Jacques Favier est co-fondateur et Secrétaire du Cercle du Coin, et l'un des 3 animateurs des repas du Coin. Normalien et agrégé d'Histoire, après un court passage par la Banque, il a eu une longue expérience dans l'investissement. Intéressé par l'histoire de la monnaie, collectionneur d'instruments monétaires, financiers ou para-monétaires les plus divers, il aborde la révolution du bitcoin à la fois en investisseur et en historien. Il ne déteste pas les détours par la BD. Sur son propre blog La voie du Bitcoin il veut faire partager sa conviction que l'histoire permet d'enrichir notre questionnement sur les mutations présentes, avec leurs risques et leurs opportunités. Mais il écrit aussi régulièrement sur le Coin-Coin, en abordant des sujets plus politiques ou actuels.