Retour sur quelques crypto-scandales de 2014

0
545

Les qualités de Bitcoin sont indéniables; faible coût, rapidité record ou encore sécurité pour n’en nommer que quelques unes. Il est néanmoins difficile d’ignorer que Bitcoin a également été associé à de nombreux scandales.

Entre faillites, fraudes, arnaques, ambiguités et flou juridique, Bitcoin continue tout de même son chemin vers l’adoption généralisée. Avec l’an 2015 qui approche, un retour sur quelques affaires qui ont marqué notre année s’impose.

LA FAILLITE DE MT.GOX

mtgox

L’année 2014 ne semblait pas si mal partie, et pourtant… Peut être le plus gros scandale de l’histoire de Bitcoin : la chute sans pareil de Mt Gox, qui a été pendant un moment, la plus grosse plateforme d’échange de Bitcoin, avant de se faire devancer par BTC China.

C’est durant les mois de Janvier et Février que les utilisateurs de l’exchange Japonais ont commencé à constater des difficultés pour effectuer leurs retraits. Peu de temps après, la mauvaise gestion du site fut constatée, et Mark Karpelès, le PDG de Mt.Gox, annonca au mois d’Avril la faillite et la fin de l’échangeur, admettant avoir perdu quelques 700.000 BTC environ.

LE PROCES DE ROSS ULBRICHT

ross

Une affaire très médiatisée en lien avec Bitcoin a été la saisie du blackmarket Silk Road par le FBI Octobre 2013. Suite à cela, Ross Ulbricht a été identifié par la police comme étant l’opérateur à la tête de Silk Road.

Après enquête du FBI, Ulbricht a été arrêté et accusé de blanchiment d’argent, de complot de violations des lois sur les stupéfiants et piratage informatique. Ulbricht a été inculpé en Février 2014 et risque une peine de prison à vie, le procès à été reporté au mois de Janvier. Ayant passé l’année derrière les barreaux, Ulbricht ne reste pas moins absent de l’écosystème Bitcoin; le gouvernement américain a récemment mis 50 000 de ses bitcoins aux vente aux enchères.

LA FERMETURE DE MOOLAH

alex green

Le relaunch raté de Mintpal , un échangeur d’altcoins ne pouvait pas être oublié.

Peu de temps après le relaunch de Mintpal qui s’est déroulé en Octobre, Moolah – son propriétaire – s’est vu suspecté de fraude et de vol. Les employés de Mintpal sont allés jusqu’à menacer d’aller en justice contre le PDG de Moolah, Alex Green (photo ci-dessus) pour tenter de récupérer les fonds perdus estimés à environ 4000 BTC. Moolah a depuis annoncé sa faillite.

LA CENSURE DU GOUVERNEMENT CHINOIS

5-chinese-social-networks-you-need-to-watch-a93a728d4a

La position ambiguë du gouvernement chinois sur les monnaies numériques s’est un peu éclaircie cette année, lorsque les médias Chinois ont été contraints par les autorités gouvernementales de ne pas couvrir le Global Bitcoin Summit 2014 à Pékin.

Les ordres de censure ne se limitaient pas seulement à la couverture de la conférence. Le gouvernement a informé les médias nationaux que «tous les rapports concernant Bitcoin doivent désormais s’accorder avec les prérequis des agences de réglementation financière ». A la suite de cette censure, les PDG de 5 échangeurs majeurs de Bitcoin en Chine ont retiré leurs participations au Global Bitcoin Summit.

 Source : Coindesk