La banque d’Angleterre emet un rapport sur le Bitcoin

1
951
Sir John Soane, Colonial Office, The Bank of England, London

La banque d’Angleterre a émis hier un rapport sur les monnaies numériques essentiellement centré sur le Bitcoin. Elle se montre à l’intérieur de cette missive plutôt positive face à l’avancée des crypto-monnaies en raison de leur faible importance pour le moment selon eux. Comme il est coutume chez les institutions officielles, la forte volatilité du cours et les autres défauts décriés du Bitcoin sont mis en avant, toutefois la banque d’Angleterre montre une certain attirance envers les innovations qu’apportent par exemple la Blockchain et pose des questions intéressantes comme le fait qu’un système bancaire utilisant Bitcoin puisse exister.

UN SAGE ATTENTISME ?

L’institution se montre donc sage à l’égard des monnaies numériques et estime que la petitesse de la masse monétaire du Bitcoin et de ses échanges ne constitue pas un risque pour le moment. Les émetteurs du rapport restent cependant vigilants en ce qui concerne l’évolution du Bitcoin. En effet si celui-ci venait à devenir une monnaie à la hauteur des monnaies fiduciaires traditionnelles, il pourrait selon les rédacteurs devenir un risque et devrait être régulé. Ce dossier de 11 pages constitue dès lors un joli « laissez-développer » au Bitcoin, quant à la suite, nous verrons cela au prochaine épisode : « Wait and See ».

  • Beaucoup de choses dans cette étude de la Banque d’Angleterre !

    On aimerait lire des avis d’experts sur les critiques techniques des pages 6 et suivantes de cette étude. Il me semble que ces critiques sont fondées, mais qu’elles reposent sur le postulat que Bitcoin est « l’Alpha et l’Omega » de la monnaie cryptographique. Aujourd’hui Bitcoin c’est plus de 90% des (trop nombreuses) altcurrencies, mais un équilibre du système doit pouvoir exister avec « assez » de alt-currencies pour répondre au niveau d’usage à terme, et donc contourner les critiques de la BoE. Cependant j’aimerais voir un débat sur ce thème, ou que l’on m’indique de la documentation à ce sujet.

    Pour l’essentiel, et en tant qu’historien, je suis interpellé par l’assertion « in some ways, digital currencies resemble — and are intended to resemble — earlier forms of money and of payment systems ». Cela conforte la démarche de mon propre blog : il y a des leçons à prendre dans le passé.
    Quant à l’analyse du seigneuriage elle est assez pertinente, d’autant que ce seigneuriage n’était pas réservé au souverain tant qu’il ne fut pas le seul à battre monnaie.
    En revanche l’article élude une fonction historique essentielle de la monnaie : payer l’impôt.

    Enfin il me semble que la fonction d’étalon est oubliée dans cette étude, alors même qu’il est noté que cette fonction est parfois considérée comme la plus importante des trois fonctions de la monnaie. Pourtant le crowd-funding en bitcoin (ex Ethereum) fait bien apparaître cette fonction d’étalon. Il faut donc croire , ce sera ma seule « pique », que les rédacteurs de cette note sont peu portés, à titre personnel, sur les pratiques de la révolution en cours…