Si vous ne connaissez pas encore bien l’écosystème BitShares, rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. Bien que les BitShares occupent la 4ème place sur coinmarketcap depuis quelques mois, il semble que même pour la plupart des aficionados des monnaies numériques, il s’agit d’un terrain encore inconnu. Les français semblent être particulièrement à la traine, puisqu’ils représentent seulement 1.35 % des possesseurs de wallet BitShares.

Je risquerai toutefois une prédiction : vous risquez d’en entendre beaucoup parler dans les prochains mois, lorsque la campagne marketing débutera. En effet, le système BitShares a déjà atteint une taille importante malgré une communication très réduite. La campagne marketing pour BitShares n’a pas encore débuté car le wallet est toujours en version beta, la version windows manque encore notoirement de fiabilité et bugue fréquemment. Lorsque la version 1.0 du wallet, prévue au premier trimestre 2015, sera disponible, tous les efforts seront faits pour faire connaître cet écosystème qui a l’ambition d’être au monde des affaires ce que Bitcoin est à l’argent.

Comme j’utilise un certain nombre d’acronymes et de mots anglais tout au long de l’article, vous trouverez un glossaire à la fin. Les mots en gras dans l’article sont définis dans ce glossaire.

Avant de vous décrire les caractéristiques uniques de BitShares, laissez moi prendre un peu de recul et revenir sur la vision du futur portée par Bitcoin.

La vision de Bitcoin

En démontrant qu’il est possible de créer un système monétaire qui n’a pas besoin de régulations, qu’il suffit de la liberté d’expression et d’un accès à internet pour obtenir un consensus sur qui possède quoi, Bitcoin a ouvert une nouvelle voie, qui va bien au delà d’une « simple » réforme de l’argent et de la monnaie. Bienvenue dans la révolution de la blockchain, une technologie qui promet de transformer profondément la société, en décentralisant des domaines aussi variés que le vote, les noms de domaine, les services banquiers et financiers…

Une utopie à portée de main donc, qui fournirait à tous les êtres humains les mêmes accès libres à des services efficaces, transparents, et dans le respect de la vie privée. Tout le monde est libre de participer à l’entretien du réseau, personne ne peut contrôler ce que font les autres. Il n’y a même pas besoin de faire confiance aux autres acteurs, la sécurité étant garantie par le protocole. Toutefois, un obstacle de taille se dresse sur la réalisation de cette utopie : le mining, et ses conséquences, peut être vu comme l’antithèse des grandes idées portées par Bitcoin :

1) Bitcoin se veut extrêmement efficient, mais le mining est un énorme gâchis. Actuellement, c’est 500 millions de dollars qui sont dépensés en électricité et en matériel chaque année, et cela ne fera qu’augmenter avec une plus grande adoption du Bitcoin. Cela reste moins cher que les systèmes de paiement actuels, cependant le constat demeure : cet argent est dépensé pour sécuriser le système, sans produire la moindre valeur.

2) Bitcoin veut permettre des échanges instantanés utilisant tout le potentiel d’internet, mais le mining reste lent. Il faudra toujours plusieurs minutes avant qu’une transaction ne soit validée, ce qui empêche d’échanger de la valeur en temps réel.

3) Bitcoin prône la décentralisation, et promet à tous de pouvoir participer, mais le mining tend naturellement vers la centralisation. Ceux qui ont accès au matériel et à l’électricité les moins chers ont un meilleur retour sur leur investissement, et à cause des effets d’échelle, le mining est plus rentable pour les gros mineurs. De plus, si deux mineurs décident de s’assembler, ils ne se font plus concurrence et en bénéficient tous les deux. Ainsi, le mining décentralisé ne peut pas être profitable, et un nombre restreint d’acteurs vont dominer le système.

On peut noter que ces limites ne sont pas les limites de la blockchain en général, mais bien les limites du mining. Ainsi, même si le mining est pour beaucoup de défenseurs du Bitcoin ce qui en garantit la valeur, le mining semble également être son talon d’Achille.

Bitcoin : une DAC dans le rouge

Daniel Larimer, fondateur de BitShares, propose d’adopter un autre point de vue sur ce qu’est Bitcoin. Plutôt que de considérer un Bitcoin comme une pièce de monnaie, on peut le voir comme une part dans une entreprise virtuelle, autonome et décentralisée (Decentralized Autonomous Compagny, ou DAC en anglais), dont la blockchain est le registre comptable qui décrit qui détient quoi dans la compagnie.

Cette DAC génère des revenus sous la forme de frais de transactions. Cependant, les frais de transactions sont insuffisants pour rémunérer les employés de la compagnie, à savoir les mineurs : la DAC Bitcoin est donc obligée de lever des capitaux en émettant de nouvelles parts : les Bitcoin minés. Les parts des détenteurs de Bitcoin sont donc fortement diluées : de presque 10 % d’ici à l’année prochaine, avec environ 1,314,900 nouveaux Bitcoin si mon calcul est bon (10 minutes par bloc * 6 * 24 heures dans un jour * 25 BTC par bloc * 365.25 jours dans une année), pour 13,592,725 Bitcoin en circulation actuellement.

Par ailleurs, on peut noter qu’à aucun moment les détenteurs de Bitcoin ne perçoivent de dividende : détenir (conserver) des Bitcoin n’a donc d’intérêt au niveau financier que si le nombre d’utilisateurs est amené à augmenter, c’est à dire si des capitaux extérieurs viennent renflouer les caisses. Vue sous cet angle, la DAC Bitcoin est une compagnie dans le rouge, entièrement dépendante de l’arrivée de nouveaux capitaux extérieurs pour fonctionner.

Avec ce point de vue, Bitcoin ne semble pas viable à long terme. Bien sûr, ce point de vue n’est pas un point de vue objectif. Bitcoin n’est pas réellement une entreprise. L’autre point de vue, plus adopté, est de voir le Bitcoin comme de l’or : quelque chose de précieux qu’il faut découvrir, qui peut servir de réserve de valeur. Si l’analogie de Bitcoin avec l’or tient, alors les BTC ont un avenir radieux sur le long terme. Personnellement, je ne pense pas que l’analogie avec l’or tienne parfaitement, notamment parce que les Bitcoin ne sont pas rares de la même manière, au sens où on peut en créer autant de clones qu’on le souhaite, ce qu’on ne peut pas faire avec l’or. Je pense également que le mining va devenir un réel problème, notamment avec les enjeux écologiques qui vont ne faire qu’augmenter. Cependant, je vois mal l’engouement grandissant pour Bitcoin retomber, et, dans tous les cas, il y a de la place pour que de nombreuses blockchain cohabitent.

La validation des transactions dans BitShares : DPOS

C’est en adoptant cet autre point de vue, qui consiste à voir la blockchain comme le registre comptable d’une DAC, qu’est née l’idée de l’écosystème BitShares. BitShares n’est pas un simple altcoin, mais dispose d’un code original et open source. Ainsi, le BitShares Toolkit est disponible sur github, et il est voué à être à l’origine de nombreux projets. En « forkant » ce toolkit, n’importe qui peut en effet créer sa propre DAC : le BitShares Toolkit fournit l’infrastructure qui permet de générer des actifs, ou assets, et de les partager sur une blockchain.

Dans BitShares, la validation des transactions, c’est à dire leur intégration dans la blockchain, ne repose plus sur le Proof of Work (mining), mais sur un système propre à BitShares : le Delegated Proof of Stake (DPOS).

Comment le réseau est il sécurisé ?

Les blocs sont générés par 101 délégués, qui sont les nœuds du réseau. Ils doivent valider un bloc chacun leur tour, en le signant avec leur clé privée : si leur ordinateur n’est pas disponible lorsque c’est leur tour, le bloc est raté, et le délégué suivant prend la relève. Les délégués sont élus par les possesseurs de BitShares. Chaque utilisateur de BitShares peut voter pour 101 délégués de son choix, et son vote a un poids proportionnel au nombre de BTS possédés (d’où le Proof of Stake).

N’importe quel utilisateur peut enregistrer son client BitShares comme étant un délégué, mais seuls les 101 ayant obtenus le plus de voix valideront des blocs. Les délégués sont donc mis en concurrence, et doivent faire leurs preuves pour emporter le soutien des utilisateurs et être élus. En échange, ils reçoivent une paye. Pour chaque bloc validé (délégué 1 bloc toutes les 101*10 secondes), ils reçoivent entre 3 % et 100 % (ce pourcentage est le payrate du délégué) de 50 BTS (nombre qui va diminuer avec le temps).

Le payrate est librement fixé au choix du délégué, mais seuls les délégués capables de convaincre une part suffisante des électeurs seront élus : ils doivent donc justifier leur salaire. Ce système permet aux développeurs, agents marketing, etc, d’être rémunérés au sein même du système ! Ainsi, plutôt que d’être de l’argent jeté par les fenêtres, l’inflation (toute relative, limitée à 6 % cette première année si jamais il y avait 101 délégués payés à 100 %, ce qui n’a virtuellement aucune chance d’arriver) permet de financer des acteurs hautement motivés à faire progresser l’écosystème. Ils devraient créer bien plus de valeur qu’ils n’en consomment, et tous les détenteurs de BitShares en bénéficient.

Les frais de transactions (0.1 BTS par transaction) sont détruits : c’est comme s’ils étaient redistribués à l’ensemble des possesseurs de BitShares. Initialement, ces frais de transactions étaient supérieurs aux frais de fonctionnement, et on pouvait dire que la DAC BitShares réalisait un profit. La dilution, c’est à dire la création de nouveaux BTS pour rémunérer les délégués, a récemment été mise en place, et actuellement, le nombre de BTS en circulation augmente.

Voilà pour la vision globale du fonctionnement du réseau. Vous pouvez retrouver des explications plus complètes (en anglais) sur le wiki de BitShares. Si vous êtes intéressé par la sécurité de DPOS, vous trouverez une discussion à ce sujet sur successcouncil.com.

 La création d’assets

La principale fonctionnalité offerte par BitShares est la création d’assets (en français : actifs financiers) par les utilisateurs. Je préfère utiliser ici le terme anglais, car le terme français actif n’est pas franchement clair. D’ailleurs, si vous avez une meilleur traduction, je prends volontiers. La blockchain de BitShares ne comprend initialement qu’un seul asset : les BitShares, dont le symbole est BTS. Deux types d’assets viennent ensuite s’ajouter : les assets générés et contrôlés par les utilisateurs, et les assets indexés sur un prix de marché.

Commençons par les assets générés par les utilisateurs. Moyennant un certain montant en BTS (500 actuellement, susceptible de changer), tout utilisateur peut créer son propre asset, qu’il pourra partager comme il l’entend. Le créateur de l’asset aura la possibilité de garder le pouvoir sur son asset, c’est à dire qu’il peut se laisser la possibilité de bloquer des utilisateurs et de récupérer leurs fonds – ce qui est nécessaire pour respecter les lois de certains pays – ou bien de ne pas conserver ce pouvoir. Même si les possibilités sont immenses, je ne vais pas m’étendre sur le sujet, car ce qui distingue BitShares d’autres technologies « Blockchain 2.0 », c’est son mécanisme permettant d’avoir des assets dont la valeur est indexée sur le prix du marché dans le monde réel.

En effet, BitShares implémente un marché d’échange décentralisé. Pour cela, il est nécessaire de créer des assets virtuels, appelés BitAssets, dont la valeur est indexée sur la valeur du marché (en anglais : « market pegged assets »). Par exemple, un BitUSD représente la valeur d’un dollar des États-Unis, un BitBTC représente la valeur d’un Bitcoin, et un BitGold représente la valeur d’une once d’or. On peut également créer des BitAAPL indexés sur la valeur de l’action d’Apple, ou n’importe quelle autre marchandise présente sur le marché !

Cette fonctionnalité est le coup de génie de BitShares, mais c’est aussi ce qui lui vaut de nombreuses accusations de scam : posséder du BitGold, ce n’est pas la même chose que de posséder de l’or. Pourtant, le mécanisme derrière la création des BitAssets est extrêmement bien ficelé, et repose sur des principes économiques fiables, que je vais tenter de vous décrire.

Fonctionnement du market peg

Nous entrons dans le monde technique de la finance : il est bon de noter que je ne suis absolument pas un spécialiste, je n’ai découvert cet univers que depuis quelques mois, aussi j’espère qu’aucune bêtise ne s’est glissée dans mes explications.

Nous allons prendre le cas des BitUSD, dont la valeur est indexée sur le prix du dollar. Un BitUSD représente un dollar de BTS, quel que soit le prix actuel des BTS. A l’état initial, il n’y a aucun BitUSD en circulation.

Pour créer un BitUSD, il faut que quelqu’un accepte d’en vendre à découvert (short, en anglais) à quelqu’un qui souhaiterait en acheter. Le shorteur (un ignoble néologisme franglais, j’en conviens, je m’excuse platement, mais c’est fou ce que le français manque de mot dans le domaine du… trading) vend ainsi des BitUSD qu’il ne possède pas, et s’engage à les racheter d’ici 30 jours (ce nombre est susceptible de changer). Pour garantir qu’il pourra couvrir sa vente à découvert, c’est à dire racheter autant de BitUSD qu’il en a vendu, le shorteur doit immobiliser 200 % de la valeur de sa vente à découvert en BTS. Ces BTS mis de côté s’appellent le collatéral. Lorsqu’un banquier accorde un prêt, il fait la même chose : il ne prête pas des dollars que quelqu’un d’autre aurait déposé à la banque, mais il les créé. Le collatéral qui garantit ces dollars est par exemple la maison de l’emprunteur… De plus, les BTS déposés par l’acheteur sont également séquestrés, ils ne seront reversés au shorteur que lorsque celui aura couvert sa vente : ainsi, chaque BitUSD en circulation est réellement couvert par 3$ de BTS !

Ainsi, pour vendre 100 BitUSD à découvert, le shorteur doit mettre l’équivalent de 200$ de BTS de côté : ces BTS ne pourront pas être utilisés avant d’avoir couvert sa vente à découvert. Le nombre de BTS à mettre en collatéral pour chaque BitUSD vendu ainsi s’appelle le price feed. Le price feed est publié par les délégués. Il faut qu’au moins 51 des 101 délégués publient un price feed pour cet asset pour que le marché soit fonctionnel. Les délégués peuvent publier ce prix à la main, ou utiliser un bot qui va chercher l’information sur les échanges de leur choix. La médiane des différents prix fournis par les délégués est utilisé comme price feed.

Une fois la vente à découvert effectuée, le shorteur a 30 jours pour couvrir sa vente, c’est à dire qu’il doit racheter des BitUSD à qui veut bien en vendre. Lorsque le shorteur rachète des BitUSD pour couvrir sa vente à découvert, ceux-ci sont détruits. S’il ne couvre pas, le rachat se fait automatiquement après 30 jours, en prenant l’offre la plus avantageuse à ce moment. Si, à tout moment avant l’échéance de 30 jours, le prix des BTS diminue de manière à ce que 66 % du collatéral soit nécessaire pour couvrir en achetant au price feed, le shorteur est obligé de racheter immédiatement : c’est ce qui s’appelle un margin call. Dans ce cas, il subit de plus des frais de pénalité de 5 % (sur ce qui reste du collatéral).

La motivation du shorteur est de faire un profit, en rachetant moins cher que ce qu’il a vendu. Ainsi, le shorteur fait le pari qu’il pourra racheter ultérieurement des BitUSD à moindre prix que le prix de marché actuel, c’est à dire que le prix du dollar réel va diminuer par rapport au prix des BTS. L’acheteur de BitUSD peut avoir plusieurs motivations. A l’inverse, l’acheteur fait le pari que le prix du dollar réel va augmenter par rapport au prix des BTS. La création de BitUSD repose donc sur l’existence de deux acteurs qui font des paris opposés sur le prix futur des BTS par rapport au dollar. Notez bien qu’à aucun moment ces deux acteurs n’échangent des dollar réels. En revanche, leurs soldes respectifs en BTS vont être redistribués en fonction du prix des dollar réels.

Les lois du marché font que le prix du BitUSD convergera vers le prix dollar. Dès que le prix (en BTS) d’un BitUSD devient moins élevé que le prix d’un dollar papier, cela représente une opportunité de couvrir sa vente à découvert en réalisant un profit : le shorteur va donc couvrir, ce qui va diminuer le nombre de BitUSD en circulation. A l’inverse, dès que le prix d’un BitUSD est supérieur au prix d’un dollar papier, cela créé l’opportunité de prendre une position short (= d’en vendre à découvert).

Notez que ce système garantit qu’un acheteur de BitUSD pourra toujours les revendre dans les 30 jours contre un dollar de BTS (déterminé par le price feed) s’il le souhaite ! En effet, personne n’est obligé de vendre, par contre il y aura forcément un shorteur quelque part qui devra racheter à un moment ou un autre au prix du marché.

Pour l’explication complète, en version originale, référez vous à ce post sur le forum bitsharestalk. Et si vous n’êtes pas convaincu par ces explications techniques, sachez que dans la pratique, ça fonctionne très bien : vous pouvez voir le prix du BitUSD sur cette page.

Pourquoi détenir des BitAssets

Le BitUSD combine les avantages de la blockchain (décentralisation, transactions rapides et quasiment gratuites, ne peuvent pas être confisqués) avec la stabilité du dollar : ils constituent une monnaie cryptographique idéale. En bonus, conserver des BitUSD génère des intérêts ! Ces intérêts proviennent d’une part des frais de transactions (une petite portion de BitUSD est brûlée à chaque transaction), et d’autre part des frais générés par le marché. Dans le marché interne de BitShares, les gens reçoivent exactement ce qu’ils ont demandé. Imaginons qu’il n’y ait que les deux ordres suivants : Albert achète 10 BitUSD pour 55 BTS/BitUSD, et Bertrand vend 10 BitUSD pour 50 BTS/BitUSD. Dans ce cas, Albert paye 550 BTS, et Bertrand n’en reçoit que 500 (chacun a reçu exactement ce qu’il demandait). Les 50 BTS restants sont brûlés, et redistribués sous la forme d’intérêts. Ce fonctionnement a également l’avantage de limiter le trading haute fréquence.

Ce système de market peg ne se limite pas aux BitUSD. Toutes les valeurs du monde réel, si elles trouvent suffisamment de volontaires pour les échanger et pour que le marché soit liquide, et que suffisamment de délégués publient un price feed, peuvent avoir leur pendant virtuel sous la forme d’un BitAsset : que ce soit les autres monnaies, le prix de l’or, les titres des entreprises… Les BitAssets peuvent également être échangés les uns contre les autres, ce qui permet d’implémenter un marché d’échange tout entier, décentralisé, et accessible à tous quasiment sans frais. Cela est combiné avec la possibilité d’émettre ses propres assets, qui peuvent tout à fait être les parts d’une entreprise : de cette manière, on peut financer ses projets. BitShares est théoriquement capable de fournir presque tous les services d’une banque : épargne avec intérêts, investissement en bourse, financement ! Je vous laisse imaginer les possibilités que cela ouvre.

On notera que les BTS couvrent l’intégralité des BitAssets en circulation. Mécaniquement, la market cap des BitShares doit être d’au moins 3 fois la market cap de tous les BitAssets réunis. Si l’utilisation des BitAssets se développe, la valeur des BTS augmente.

La genèse de BitShares

Cette courte histoire de BitShares n’est pas nécessairement intéressante pour tout le monde, mais j’inclus ce paragraphe pour ceux qui auraient vu passer les différents produits BitShares (PTS, AGS, …) et qui se posent des questions à ce propos.

La première DAC organisée autour de BitShares se nommait BitSharesX, pour BitShares Exchange, dont le but était d’implémenter un marché d’échange décentralisé. Puisque les BTS ne sont pas minés, l’intégralité des 2 milliards (initialement) de BTSX devait être distribuée dès le départ.

Pour ce faire, les développeurs ont d’abord utilisé un clone de Bitcoin, qu’ils ont appelé ProtoShares (PTS), et dont la possession octroierait le droit de récupérer des BTS lorsque le système serait implémenté. De cette manière, les BitShares avaient déjà une place sur les marchés avant leur existence ! Par la suite, les développeurs ont également levé des fonds par des dons en Bitcoin et en PTS entre le 1er janvier 2014 et le 18 juillet 2014, en échange d’AngelShares (AGS), qui octroient également le droit de recevoir des BTS mais qui sont liés à une adresse Bitcoin ou PTS, et ne sont donc pas échangeables.

Récemment, le nombre de BTS a augmenté de 500 millions (au passage, le nom est passé de BTSX à BTS) au cours du « merger ». Cette manœuvre controversée a servi à « racheter » deux DAC, BitShares DNS et BitShares VOTE, ainsi qu’à mettre fin au rôle des PTS. En effet, Daniel Larimer estimait que les différentes DAC BitShares allaient se faire concurrence, et que sa propre implication dans ces différentes DAC relevait du conflit d’intérêt. Depuis le merger, tous les développeurs de ces différentes DAC travaillent sur une seule et même DAC, BitShares, qui se concentre actuellement sur le marché d’échange, mais qui implémentera dans le futur les fonctionnalités de DNS (décentraliser les Domain Name System, de manière similaire à Namecoin) et les fonctionnalités de VOTE (vote décentralisé).

Le futur de BitShares

BitShares est un environnement complexe, qui évolue rapidement en ce moment. Les développeurs de la DAC principale (aussi appelée la SuperDAC) travaillent d’arrache pied pour mettre au point les dernières fonctionnalités du protocole 1.0, qui implémente le marché d’échange, d’ici la fin de l’année, afin de pouvoir fournir une base sûre pour les plateformes qui vendront des BitUSD et autres BitAssets. Il faudra attendre encore quelques mois pour que l’interface graphique permette l’accès à toutes ces fonctionnalités sans passer par la console et avoir le wallet 1.0.

Par la suite, de nouvelles fonctionnalités seront intégrées. Il est prévu que la SuperDAC BitShares implémente des fonctionnalités de vote : en permettant de vérifier l’identité des utilisateurs de la blockchain, ceux ci pourront exprimer leur opinion sur divers sujets de société. Même si ces votes n’auront vraisemblablement pas de valeur légale, cela ouvre la voie à la démocratie numérique, à des sondages impossibles à trafiquer… les possibilités sont vertigineuses. BitShares devrait également pouvoir intégrer un système de DNS décentralisé basé sur la blockchain (comme Namecoin, mais avec DPOS à la place du mining). Enfin, les développeurs ont fait part de leur volonté de permettre d’écrire des script Turing-complets, permettant d’implémenter des smart contract.

D’autres DAC basées sur le BitShares toolkit sont en cours d’élaboration. J’en mentionnerai deux. BitShares Music, couplé au logiciel peertracks, nous promet la décentralisation de la production musicale. L’artiste pourra se financer directement auprès de ses fans en vendant des ArtistCoin, qu’il émettra lui même. L’artiste contrôle ce qu’on peut faire avec ses coin : ils peuvent être dépensés pour acheter de la musique, ou d’autres services, limités uniquement par l’imagination de l’artiste. Par exemple, Bustin Jieber peut décider que tous les possesseurs de 10000 JieberCoin sur la blockchain peuvent venir à sa fête privée dans sa villa. BitShares music pourra ainsi permettre aux artistes de vivre sur un autre business model que la vente de disques. De plus, cela donne également plus de pouvoir aux fans : tout un chacun pourra spéculer sur les artistes qu’il aime. Cela incitera donc à faire connaître les artistes qu’on soutient ! La DAC BitShares Play quant à elle permettra des jeux de hasard décentralisés, basés sur des nombres tirés au hasard par la blockchain, avec des chances de gagner beaucoup plus favorables aux joueurs que dans les jeux institutionnalisés.

Cela n’est que le début. Presque tous les domaines de la vie peuvent être révolutionnés par les blockchain. BitShares a l’ambition de décentraliser les banques, mais aussi de fournir un framework général pour faire tout ce qu’on peut rêver de faire sur une blockchain.

Si BitShares vous emballe : par où commencer ?

Alors, c’est simple : tout est en anglais… Vous ne trouverez rien en français à l’exception de cet article.

  • Pour télécharger les clients Windows (qui est apparemment encore très bugué) et Mac : http://bitshares.org/downloads/ ; pour linux, les instructions pour compiler le code sont fournies ici : https://github.com/BitShares/bitshares.
  • Pour acheter des BTS : BTER, poloniex (faible volume, assez mauvaise réputation, mais j’ai eu une bonne expérience avec le service client), BTC38 (de loin le plus gros volume de BTS, mais c’est en chinois…).
  • Pour suivre toute l’actualité et les discussions : le forum. Il y a énormément de posts, cela peut être difficile de s’y retrouver. Il y a une petite section française, je vous y répondrais si vous venez y faire un coucou ! Les développeurs font preuve d’une transparence exceptionnelle, que je trouve rare dans le monde des crypto : ils dévoilent leurs idées en direct sur le forum, et n’hésitent pas à se remettre en cause. Daniel Larimer sait exactement où il veut en venir, et a dû parfois faire des choix qui ont été très contestés, mais il s’en explique toujours en argumentant sur le forum.
  • Le wiki, pas toujours parfaitement à jour (ça change vite !)
  • Les hangout hebdomadaires. Pour ceux qui sont vraiment intéressés. Chaque semaine, Daniel Larimer présente ses nouvelles idées, l’avancement de la programmation, et répond aux questions.

Les vidéos d’introduction :

Glossaire

AGS : les AngelShares. Ces parts ont été données aux donateurs lors de la levée de fonds destinée à financer le développement du BitShares Toolkit et de la première DAC. Elles sont liées aux adresses Bitcoin et ne peuvent être échangées. Les BTSX ont initialement été distribuées en grande partie aux détenteurs d’AGS.

asset : le terme anglais pour « actif financier ». C’est un mot abstrait qui désigne quelque chose qui a une valeur économique et qui peut être échangé, il peut être tangible ou intangible.

blockchain : la blockchain est une technologie informatique. C’est un fichier, constitué d’une suite de blocs, chaque bloc décrivant une liste de transactions. La blockchain répertorie l’ensemble des transactions sur le réseau, et toutes les personnes sur le réseau disposent d’une copie complète de la blockchain. L’ajout d’un bloc sur la blockchain requiert un procédé cryptographique sécurisé. Pour Bitcoin, l’ajout de nouveaux blocs est sécurisé par le PoW (Proof of Work). Pour BitShares, l’ajout de blocs est sécurisé par DPOS.

BitAsset : un asset virtuel, fabriqué dans le marché interne de BitShares et répertorié dans la Blockchain de BitShares, et dont la valeur est indexée sur le prix du marché d’un asset réel.

BitShares toolkit : le code open source qui constitue l’architecture de BitShares, et qui peut être copié pour créer une nouvelle DAC avec toutes les fonctionnalités de BitShares (validation de blocs par DPOS, création d’assets, marché d’échange de ces assets).

BTC : l’abbrévation de Bitcoin, utilisée dans cet article pour désigner les Bitcoin eux même plutôt que la Blockchain de Bitcoin.

BTSX : le nom initial des parts de la principale DAC développée par les créateurs de BitShares (avant le merger)

BTS : le nom actuel des parts de la principale DAC développée par les créateurs de BitShares.

client BitShares : voir wallet

collatéral : c’est une quantité de valeur, mise de côté pour assurer le rachat futur d’assets vendu à découvert.

couvrir : couvrir une vente à découvert (en anglais, cover a short), c’est acheter ce qu’on avait vendu (sans l’avoir !). Dans le marché de BitShares, ce n’est que lorsque la vente est couverte que le shorteur récupère le collatéral.

DAC : Acronyme de Decentralized Autonomous Company, compagnie autonome et décentralisée. Une DAC est une entreprise qui n’a pas besoin d’humains pour fonctionner, c’est un logiciel open source qui opère sur une blockchain. Elle rend des services et a pour objectif de reverser un profit aux détenteurs de ses actions.

délégué : dans DPOS, les délégués ont pour rôle de valider les transactions. Ce sont des ordinateurs, qui peuvent être maintenu par un humain ou une équipe d’humains, anonymes ou non. Ils sont élus par les détenteurs de parts. Dans BitShares, ils sont également chargés de publier les price feed.

DPOS : Acronyme de Delegated Proof of Stake. C’est une manière sécurisée et économique de valider les transactions d’une blockchain, en confiant cette tâche à un certain nombre de délégués (101, dans le cas de BitShares) qui sont élus par les détenteurs des parts de la DAC.

margin call : cela désigne le rachat forcé d’un certain nombre d’assets par quelqu’un qui les a vendu à découvert, suite à la baisse de valeur du collatéral. Sur le marché de BitShares, un margin call se produit lorsque 66 % du collatéral qui assure une vente à découvert est nécessaire pour couvrir. Quand cela arrive, le shorteur subit une pénalité de 5 % sur le collatéral restant après avoir couvert.

market cap : la market cap d’un asset, c’est la valeur donnée par le marché d’un asset multiplié par le nombre de parts de cet asset en circulation. Autrement dit, la market cap est valeur totale d’un asset sur le marché.

market peg : c’est un mécanisme inventé par BitShares qui permet de créer des assets virtuels dont la valeur est indexée sur le prix de marché d’un asset réel.

merger : en général, ce mot désigne la fusion de capital entre 2 compagnies. Dans le monde de BitShares, le merger désigne l’intégration de deux DAC, DNS et VOTE, à la DAC BitSharesX en octobre 2014. A cette occasion, 500 millions de nouveaux BTS ont été émis et distribués aux détenteurs des DAC DNS et VOTE. Le nom de l’asset de la DAC principale (c’est à dire développée par les inventeurs de BitShares) est passé de BTSX à BTS.

mining : la description de Bitcoin repose sur une analogie avec un métal précieux ; ainsi, les nouveaux Bitcoin sont « minés », dans le sens où des individus (les mineurs) fournissent une grande quantité de travail en l’échange de nouveaux Bitcoin, qui n’appartenaient à personne auparavant et apparaissent ainsi sur la blockchain.

payrate : c’est le taux de paye des délégués dans BitShares. Cette payrate est un nombre compris entre 3 et 100 %. A chaque bloc qu’il valide, un délégué reçoit un certain nombre de BTS. Actuellement, un payrate de 100 % équivaut à 50 BTS par bloc.

PoW : acronyme de « Proof of Work », équivalent de mining. C’est le système de validation de blocs sur une blockchain le plus couramment utilisé. La personne validant le bloc (nommé le mineur) montre qu’il a réussit à résoudre un problème algorithmique complexe, et qu’il a dû dépenser des ressources pour y parvenir.

PoS : acronyme de « Proof of Stake ». C’est un système alternatif de validation des blocs d’une blockchain. Il consiste à donner un pouvoir à chaque utilisateur proportionnel au nombre de parts possédées.

Price feed : le price feed est le prix de marché d’un asset réel dans le marché interne de BitShares. C’est au rôle des délégués de publier un price feed, et le price feed finalement utilisé est la médiane de tous les price feed publiés par les délégués. Le price feed est utilisé pour calculer le collatéral nécessaire lorsqu’on vend un BitAsset à découvert.

PTS : les ProtoShares. C’était initialement un clone de Bitcoin (et donc basé sur le PoW), qui permettaient d’afficher son intérêt pour la vision de BitShares avant que le système ne soit mis en place. Cela permettait de donner une existence sur le marché aux BTSX, un asset qui n’existait pas encore. Les BTSX initiaux ont été distribués aux détenteurs de PTS et d’AGS.

short/vente à découvert : vendre à découvert consiste à vendre quelque chose qu’on ne possède pas encore, mais qu’on promet d’acheter à temps pour la livraison. Ce terme est repris dans le monde de BitShares car les BitAssets sont créés de manière similaire à une vente à découvert.

shorteur : néologisme franglais inventé par votre serviteur pour désigner celui qui effectue une vente à découvert.

wallet : un mot qui veut dire « portefeuille ». Dans le monde des crypto-monnaies, cela désigne le logiciel qui donne à l’utilisateur une interface graphique pour effectuer les opérations sur la blockchain (autrement dit les ordres d’achat, de vente, de transfert, etc).

  • Merci pour ce dossier BitShares en français, je n’avais pas compris autant de choses avant de lire cette page 🙂

  • Félicitations pour ce remarquable article !

  • MARECHOU

    Excellent article, il m’a permis de d’avoir une meilleure connaissance de Bitshares (j’en possède déjà depuis quelques mois)

    La réponse de Ludom et la conversation qui s’en suit sont de grande qualité et les 2 monnaies en compétition dans la conversation (BTS + NXT) sont de toute façon mes favorite dans les crypto 2.0.

    C’est le genre de coin qui selon moi a le potentiel de remplacer le bitcoin à long terme, on est loin des vulgaires altcoin copycat du bitcoin ou n’apportant pas grand chose (litecoin / dogecoin / reddcoin etc…)

  • Merci pour cet article très intéressant. Je compte m’en inspirer pour les MoneroAssets (et oui, c’est prévu http://getmonero.org/design-goals/). En revanche, le système de DPOS me fait penser au système des masternodes de DRK, un système à deux niveau (two-tiers) au lieu d’être un système décentralisé.

  • Pingback: BitShares, reloaded - Le Coin Coin()

  • Alain Laurent

    Effectivement, un beau travail de vulgarisation du concept, enfin en français, merci pour l’effort de démocratisation.
    – j’ai une question : si Bitshares (le site d’échange Open Ledger) n’est plus accessible ou une saisie juridique empêche son fonctionnement par exemple, et sachant qu’il n’y a que le mot de passe (associé à l’identifiant échangeable) qui verrouille et permet l’accès aux assets, comment récupérer ses fonds ?
    (avec ce système de mot de passe unique, personne n’a accès aux clés privées des fonds stockés)