Après le repas très décentralisé à Lisbonne en septembre, et avant le prochain qui se tiendra à Liège en novembre, les bitcoineurs parisiens (mais aussi amiénois, bruxellois, lausannois, luxembourgeois ou bordelais) se sont retrouvés au « Tambour », rue Montmartre à Paris, dès midi sonnant, tant est grande l’envie de se retrouver.

38 convives, dont 8 pour lesquels c’était la première expérience  (notamment quelques élèves de l’ESILV, école membre du Cercle du Coin) ont pu évoquer en toute convivialité les sujets les plus divers : Libra, bien sûr, et le Brexit (mais aussi la pondération de la livre dans le panier de Libra), la gouvernance de Bitcoin et la publicité que lui procure le buzz créé par Libra, les projets encore incertains des autorités publiques, les projets nombreux de stablecoins, les conférences auxquelles les uns ou les autres avaient pu assister, l’utilisation de la biométrie comme facteur d’identification, les nouvelles des  start-up qui apparaissent mais aussi… de celles qui disparaissent, les études dans les écoles d’ingénieurs et les progrès de le la notoriété de Bitcoin dans le grand public.

Les conversations privées se sont poursuivies ensuite pour certains, en attendant la réunion trimestrielle du Cercle du Coin. Celle-ci s’est tenue de 18 h à 19h30 aux »Écuries » , non loin, en présence d’une vingtaine de membres et que quelques autres connectés. L’activité du Cercle, le soutien qu’il entend apporter aux meet-ups les plus vivants notament en Belgique et en Suisse, quelques initiatives de nature à faire connaitre Bitcoin et le fonctionnement de l’Association ont été évoqués avant de finir par quelques mousses.

 

Article précedent48ème Repas du Coin, à Lisbonne
Jacques Favier
Jacques Favier est co-fondateur et Secrétaire du Cercle du Coin, et l'un des 3 animateurs des repas du Coin. Normalien et agrégé d'Histoire, après un court passage par la Banque, il a eu une longue expérience dans l'investissement. Intéressé par l'histoire de la monnaie, collectionneur d'instruments monétaires, financiers ou para-monétaires les plus divers, il aborde la révolution du bitcoin à la fois en investisseur et en historien. Il ne déteste pas les détours par la BD. Sur son propre blog La voie du Bitcoin il veut faire partager sa conviction que l'histoire permet d'enrichir notre questionnement sur les mutations présentes, avec leurs risques et leurs opportunités. Mais il écrit aussi régulièrement sur le Coin-Coin, en abordant des sujets plus politiques ou actuels.