L’État moderne tunisien a vu le jour en 1956, nos politiques de l’époque en grande majorité de gauche et fortement influencés par la culture et la politique française avaient calqué le modèle jacobin français, ou l’État et sa bureaucratie contrôlent la moindre parcelle de la société. On a eu droit à la totale : œuf jambon fromage : monopole étatique sur l’éducation, sur la sécurité, sur la santé, l’électricité, l’eau, les ressources naturelles, la poste, les transports, etc. rien n’échappait à la bureaucratie. Le Dinar tunisien n’allait certainement pas faire exception, depuis sa création en 1958 le ton a été donné, l’État tunisien devait avoir un contrôle absolu sur la devise à travers sa toute nouvelle banque centrale (la fumeuse BCT). Le Dinar tunisien a été décrété comme devise non librement convertible, ce qui veut dire : l’État tunisien, interdit à sa population tout usage ou possession d’autres devises que la devise officielle (à moins d’une autorisation express des autorités). Les Tunisiens encourent de lourdes peines de prison pour toute détention illégale de (dollar, euro, livre sterling, etc.) Tout transfert ou réception de devise de l’étranger doit impérativement avoir la bénédiction de la BCT. Ce modèle hyper centralisé, à la soviétique est encore en vigueur de nos jours.

Capture d’écran 2014-06-18 à 14.43.33

Billet de cinq dinars de la série de 1960

LA LIBRE CONVERTIBILITÉ DU DINAR DANS LES MEDIAS

Le sujet de la non-convertibilité est l’un des sujets les moins évoqués par nos chers experts économiques, et si par inadvertance ils avaient à s’y prononcer, c’est pour mieux rappeler la nécessité pour l’État, de maintenir un contrôle strict, comme dans cette vidéo ou entend Mr Cheikhrouhou, professeur d’économie (keynésienne) à HEC Paris, nous rappeler que la libre convertibilité d’une devise accroit les risquent d’attaques spéculatives et mène tout droit vers la fuite des capitaux et vers l’inflation. D’autres encore nous disent que l’économie tunisienne n’est pas encore prête à un tel choc, le même baratin débité depuis plus de 50 ans. À leurs rythmes, la Tunisie ne sera jamais prête.
Sans vouloir rentrer dans les détails économiques et monétaires (je préférais économiser mes mots pour ce qui suit), il suffirait simplement de jeter un coup d’œil au monde qui nous entoure : Singapour, Hong Kong, l’Australie, la nouvelle Zélande, la Suisse, le Canada, les Émirats arabes unis, tous ces pays ont des devises librement convertibles. Ce sont les pays où il y a le moins d’inflation, le moins de fuites de capitaux et leurs devises ont surtout tendance à s’apprécier. En revanche, les pays qui continuent à appliquer ou qui ont appliqué dans le passé la non-convertibilité ont eu les incontournables : fuites de capitaux, inflation et dépréciation monétaire (Argentine, Venezuela, Brésil (pendant les années 90)). Bref, tout le contraire de ce que nous racontent nos chers ‘’experts économiques’’. Depuis 2001, le dinar se dépréciait de 5% annuellement, en 2006 un euro valait 1.677 dinar, en 2013 le taux était de 2.25 dinars pour 1 euro. Les chiffres parlent d’eux même, les contrôles de capitaux ne protègent en rien de la dépréciation ni de l’inflation.

BREF RAPPEL AU SUJET DU BITCOIN

Pour ceux qui ont été dans un coma ou bien en hibernation ces 6 derniers mois, je rappelle que le bitcoin est une crypto-devise, totalement décentralisée et sous le contrôle d’aucune banque centrale, contrairement aux devises dites ‘’Fiat’’ : Euro, Dollar, Yen, Livre Sterling, où l’on trouve à leurs têtes une banque centrale chargée d’en contrôler la masse monétaire et le prix : le taux directeur. La masse monétaire des bitcoin est fixe, il y aura en tout et pour tout 21 millions d’unités en circulation. Les transactions bitcoin se font Peer to Peer, quasi anonymement, et sans aucune intermédiation. Envoyer de l’argent dans le monde devient aussi simple qu’envoyer un Email ou un fichier informatique sur internet. Théoriquement, des frais de transaction existent : Un utilisateur localisé aux États-Unis avait envoyé pour l’équivalent de 6 millions de dollars à un autre utilisateur localisé en Grande-Bretagne, les frais de transaction ont été de 6 cents ce qui vaut à un frais de 0.00000001 %. Jamais de toute l’histoire de la finance moderne, des frais pour un transfert électronique n’avaient été aussi bas. À titre de comparaison la même transaction effectuée sur PayPal aurait couté 10000$ juste en frais de transaction. J’ai là un article écrit par un très bon ami et partenaire qui explique en détail le fonctionnement et les enjeux d’une telle technologie. Pour en apprendre encore plus consultez notre guide pour néophytes.

BITCOIN UN PHÉNOMÈNE MONDIAL

Cette nouvelle technologie a fait couler beaucoup d’encre dans la presse mondiale entre sympathisants et détracteurs. II faut dire que la soudaine hausse du prix a fait beaucoup jaser (le prix est passé d’une dizaine de dollars en début 2013, à plus que 1200 $ en décembre de la même année, pour retomber par la suite aux environ de 650$). Entre conférences, meetups, reportage, etc., le Bitcoin est devenu au bout d’à peine quelques mois le nouvel enfant chéri de la planète Tech. Bloomberg, la célèbre chaine d’information financière, publiait en moyenne 3 articles par semaine dédiés au bitcoin en plus des émissions et des plateaux télés consacrés à ce sujet. La grande majorité des banques centrales des pays de l’OCDE, la banque mondiale et le FMI se sont prononcés sur le sujet. Les plus grands esprits de la planète (investisseurs, chefs d’entreprises, universitaires, chercheurs, …) s’intéressent de très près à cette technologie : Les frère Winklevoss prédisent un prix de 10 000$ par bitcoin d ici très peu de temps (les frères Winklevoss sont considérés par certains comme les vrais créateurs du réseau social Facebook). Le multimilliardaire Richard Branson est aussi parmi les grands supporters de cette technologie. Il investit essentiellement dans des startups dans le domaine des cryptodevise, il a récemment investi 17.8 millions £ dans la compagnie Bitpay (prestataire de service de paiement en bitcoin).

richardbrandsonRichard Brandson directeur de Virgin

L’EXEMPLE DE L’ARGENTINE

C’est un pays où les libertés économiques sont de moins en moins respectées. Le pays applique une politique très stricte de contrôle des capitaux. Les Argentins ne sont pas autorisés à disposer librement de leurs fonds, acheter un produits sur internet ou bien envoyer/recevoir de l’argent de l’étranger est extrêmement couteux et compliqué. Tout cela jumelé à une inflation chronique de plus de 50% annuel (durant les années 90, l’inflation en Argentine avait atteint des records à plus de 500%). Les Argentins ne font plus confiance à leur devise nationale et sont prêts à tout pour éviter d’en détenir. Le dollar américain est constamment négocié au marché noir avec des primes exorbitantes (20 à 30% plus cher que le cours officiel). Depuis maintenant deux ans les internautes argentins commencent à s’intéresser au Bitcoin comme moyen pour contourner les restrictions de changes et de se réapproprier leurs libertés financières. Dans un pays rongé par la hausse des prix et où il est impossible d’investir à l’étranger (dû au contrôle des capitaux), le Bitcoin est considéré comme un excellent investissement qui offre une protection très efficace contre l’inflation et permet d’aller chercher des rendements très élevés. Mais comme un peu partout dans le monde, cette technologie est appuyée par les déçus du système financier actuel et du monopole étatique sur la monnaie. En Argentine, détenir des bitcoins est considéré comme une forme de contestation contre les politiques ultra-protectionnistes du gouvernement Kirchner.

kirchner

Cristina Kirchner Présidente de l’Argentine

LA SITUATION MONÉTAIRE ET FINANCIÈRE EN TUNISIE

Les conditions monétaires et financières dans notre pays sont très similaires au cas argentin. Dans un pays où la moindre possession de devise non autorisée par la banque centrale est passible d’une lourde peine de prison, où tout transfert d’argent hors du pays est strictement contrôlé. Les possibilités d’investissements sont extrêmement limitées. Les taux d’intérêt qu’offrent les banques sur les dépôts ne dépassent guère le taux d’inflation : un maximum de 5% par année, et en ce qui concerne la bourse de Tunis, 50 ans après sa création, ne représente encore qu’une infime parcelle de l’économie tunisienne. Dans un environnement économique et financier aussi oppressant et verrouillé, les Tunisiens cherchent désespérément une échappatoire, un abri pour leurs économies, ils investissent massivement dans l’immobilier (perçu comme la seule vraie protection contre l’inflation) le désespoir les ramènent même à investir dans des Ponzi’s game à l’instar de l’affaire Dridi. Un tel cadre constitue un environnement idéal pour les bitcoins et les crypto-devises, permettant aux Tunisiens de contourner toutes ces lois liberticides et de se réapproprier leur pleine et entière liberté financière. Les Tunisiens ont été privés pendant de longues années de pouvoir tirer profit des opportunités qu’offrait internet en matière de commerce et d’échanges. C’est triste à dire, mais le site internet le plus visité dans notre pays reste encore ‘’Facebook’’. Il y a bien évidement une raison pour cela, les politiques excessives de contrôles des capitaux ont rendu l’internet inutilisable pour autres choses que les Medias et les réseaux sociaux. Tout comme pour l’Argentine il est impossible pour un Tunisien d’acheter un livre sur Amazon, commander un produit sur Ebay ou bien faire du commerce en ligne tout simplement. Dans un pays déjà gangrené par le chômage des jeunes diplômés, nos gentils politiques et bureaucrates au nom de la lutte contre le capitalisme et le libéralisme continuent à s’accrocher à ces lois de contrôle des capitaux au détriment de cette jeunesse qui continue à souffrir du chômage de masse et de l’inutilité.

LES AVANTAGES POSSIBLES AVEC CETTE DEVISE

Les applications de cette technologie dans un pays comme le nôtre sont quasi-infinies. Je vais essayer d’en donner quelques exemples :

• Détenir des bitcoins pour un Tunisien serait l’équivalent de détenir un compte en devise (euro, dollar, livre, etc.) mais avec l’avantage que les transferts d’argents de par le monde sont quasi instantanés et les frais de transactions quasi nulles. Plus besoin de l’autorisation de qui que ce soit pour envoyer de l’argent à l’étranger ou bien pour en recevoir. Le Bitcoin redonne l’entière liberté économique et financière aux Tunisiens leurs permettant d’acheter et de consommer sur internet, sans aucune restriction.
• Posséder des bitcoins est aussi le meilleur moyen d’échapper à l’oppression fiscale, une fois cryptés dans un wallet (l’équivalent d’un compte bancaire) rien ni personne (mis à part le propriétaire) ne peut y accéder.
• Le meilleur moyen d’échapper à l’inflation : le Chiffre officiel de l’inflation est de 6% par an, le vrai chiffre se situe quant à lui au alentour du double si ce n’est plus, il suffit de jeter un coup d’œil sur les prix des biens importés pour s’en rendre compte. Le Bitcoin est immunisé contre l’inflation, comme je l’avais expliqué plus haut il y aura en tout est pour tout 21 millions d’unités émises pas une de plus.
• Un excellent investissement : En septembre 2013, quand le prix du bitcoin était au tour de 200 dinars tunisiens j’avais fait une vidéo en arabe ou j’explorais la question de la non-convertibilité de notre devise, j’introduisais les bitcoin et j’encourageais les Tunisiens à y investir, anticipant la hausse du prix à venir. Deux moins après mon intervention, le prix du bitcoin avait déjà atteint l’équivalent de 2000 dinars tunisiens. Ce qui donne un rendement de presque 1000% pour 2 mois d’investissement. Au moment où j’écris ces lignes, 1 Bitcoin se négocie pour l’équivalent de 1000 dinars tunisien.
• Une toute nouvelle économie se crée : Alors que dans notre pays l’économie est en berne et le chômage continuellement en hausse, une toute nouvellement économie liée aux crypto-devises est en train de naitre. Des centaines et des centaines de startups se créent chaque mois un peu partout dans le monde : compagnies de services, des sites d’échange (qui propose de convertir vos devises locales en bitcoin), des compagnies spécialisées dans le transfert d’argent entre pays (ces compagnies font de la concurrence à western union qui charge des frais exorbitant pour un simple transfert d’argent). Des milliers d’emplois directs et indirects pourraient très bientôt voir le jour, le tout sur internet et sous la juridiction d’aucun pays. Nos jeunes diplômés au chômage pourraient très bien profiter de ces nouvelles opportunités qui s’offrent à eux, et intégrer pleinement la nouvelle économie numérique.

control

LE POUVOIR DES AUTORITÉS TUNISIENNES

Je sais très bien que dans notre pays nous avons une très longue tradition d’interventionnisme et de régulations qui remonte au temps de la dictature et qui persiste encore aujourd’hui dans l’administration. Beaucoup de nos politiques et dirigeants continuent de croire qu’ils peuvent régler tous les problèmes de la société par des lois. Je n’ai pas le moindre doute que si les autorités se rendent comptent que cette technologie pourrait être utilisé pour contourner les lois de non-convertibilité ils seraient fortement tentés de légiférer dessus. Faire voter une loi est extrêmement simple, mais l’appliquer en est autre chose, et spécialement quand il s’agit d’un protocole informatique totalement décentralisé tel que le Bitcoin. Cette technologie transcende les frontières, les États nations et leurs souveraineté ce qui fait que sa régulation devient extrêmement complexe et problématique. Nos gentils technocrates doivent comprendre que le seul moyen d’en interdire l’usage, c’est tout bonnement de couper Internet et je ne pense pas que cela puisse être possible. Le jour ou les tunisiens comprendront que le but présumé des lois de non-convertibilité et de contrôle des capitaux n’a jamais été de ‘’protéger’’ l’économie nationale des chocs externes, mais plus tôt d’assoir le pouvoir étatique sur les finances et les économies des tunisiens, ce jour la, ces lois scélérates voleront en éclat avec ou sans l’aval des autorités. Internet et les crypto devise vont certainement jouer un rôle extrêmement important dans cette prise de conscience collective. Le monde change, c’est à L’État tunisien d’évoluer et de s’adapter.

  • CHANLIAU Christian

    Ton article démontre bien combien l’étatisme est dangereux en matière économique (comme dans d’autres domaines…), la Tunisie a, besoin d’un sursaut de modernité, vu de loin je pense qu’il est freiné par les usages et peut être aussi par la religion.
    Je comprends mieux maintenant pourquoi il y a quelques années les tunisiens faisaient du change en cachette avec les touristes. Avantageux d’ailleurs….plus qu’à l’hôtel ! Le Bitcoin est une bonne solution pour les habitants de pays à monnaies non convertibles ou ayant institué un contrôle des changes. Ceci dit, l’Europe a une monnaie convertible, mais son économie est extrêmement malade, mais je pense que la, il s’agit de la politique menée par la banque centrale européenne, et au veto de l’Allemagne à dévaluer l’Euro. Ce dont je me souviens, c’est qu’en 1982, Mitterrand avait instauré le contrôle des changes, ça avait été une catastrophe, il a du renoncer très vite car une économie souterraine et mafieuse se mettait en place. En tous les cas très bon article, j’ai appris beaucoup de choses, en particulier sur le système du bitcoin. Merci Slim.

    • riadh

      Il fallait que vous rameniez la religion..
      ps : @ l auteur : je vous trouve un peu léger sur la question de l’ouverture du compte de capital et ses risques. Regardez l’Égypte à cet égard et le chocs lié à la convertibilité de l’EGP. Le DT serait à 4:1euros si il n y avait pas le contrôle des changes suite à 2011. Pour avoir une monnaie convertible librement, il faut avoir un compte courant à l’equilibre. C est le cas des pays que vous citez d ailleurs.
      Bref, raisonnement économique léger mais intéressant pour le bit coin.

      • Slim Bouzid

        Ce n’est pas tout à fait vrai mon cher Mr. On a pas besoin d’avoir un compte courants en équilibre ou bien excédentaire pour avoir une devise librement convertible. Le canada, l’Australie, Hong Kong ont présentement des balances de comptes courants négatives et leurs devises sont librement convertible.

        Mais je suis d’accord avec vous sur un point, avec un tel déficit des compte courants, une libre convertibilité ferait éventuellement baisser la valeur du dinar (temporairement). Mais dans le cas ou les tunisiens auraient la possibilité de détenir des devises alternatives (dollar, euro, yen et meme bitcoin… ) ils pourraient très bien se protéger contre cette dévaluation. après tout quel serait l’impact de la baisse du Dinar sur les tunisiens, si ces derniers ont la possibilité de se protéger en détenant et en utilisant d’autres devises : RIEN !.
        Et Mr, au dela des questions économique, avoir le droit de choisir quelle devise détenir est une question de droits fondamentaux pour les individus et malheureusement pour nous, ce droit est usurpé par les lois de non convertibilité.

        Le vrai risque pour les tunisiens : c’est de voir leurs devises constamment perdre de sa valeur sans la possibilité pour eux de se couvrir et de se protéger contre baisse, c’est précisément ce que les tunisiens subissent de nos jour. Le dinar ne cesse de baisser, il est aujourd’hui à 2.3 euro, et ils ne peuvent rien faire pour se couvrir : c’est la ou réside tout le drame mon cher Mr.

        Derniere chose, comme je l’ai écrit dans mon article, les pays qui subissent le plus de fuite de capitaux sont les pays qui applique la non convertibilité de leurs devises et non pas les pays dont la devise et librement convertible. Apres tout, pourquoi un tunisien songerait à faire fuir du capital si son pays l’autorisait à transférer librement ses avoir à l’étranger sans aucune restriction ? En revanche ce dernier serait plus tenté à le faire si son pays interdit la libre circulation des capitaux.

  • Slim Bouzid

    Merci mon cher Christian

    Le premier qualificatif que me vient pour décrire les tunisiens serait ‘’un peuple de pauvres luttant désespérément pour sa survie’’. Toutes les régions du sud et de l’ouest de ce pays (très pauvres) vivent exclusivement du trafic et de la contrebande avec l’Algérie et la Libye, Ils n’ont pas trop le choix il n y a rien d’autres à faire. Ce qui freine réellement notre ‘’sursaut’’ c’est principalement l’État et son administration, la contrebande existe à cause des lois protectionnistes qui privilégient les exportations sur les importations, le trafic de devise existe à fin de contourner les lois de non convertibilité. L’État rend l’économie formelle extrêmement couteuse ce qui en est exclus une bonne parti de la population.

    À vrai dire, c’est tout le système monétaire international qui est en crise, pas seulement l’euro, le dollar le Yen et toute les devises Fiat. Le Pire avec les lois de contrôles des capitaux, c’est qu’en plus de constamment dévaluer leurs devises les gouvernements qui les appliquent interdisent à leurs populations de se couvrir et de protéger leurs économies (investir à l’étranger pour un tunisien est quasi impossible). C’est une spoliation légale, du vol.

  • Slim,

    Merci beaucoup d’avoir pris le temps d’écrire cet article, j’ai appris pas mal de choses. Étant d’origine Camerounaise, je me suis toute de suite identifiée aux enjeux que tu as soulevés dans ton article. Le Cameroun aujourd’hui, comme tous les états d’Afrique Centrale et de l’Ouest, ont une monnaie (le Franc CFA) dont le cours est fixé sur l’Euro (historiquement le Franc Français). Donc nous n’avons aucune souveraineté sur notre monnaie, et nos billets sont même imprimés par la Banque de France!!!!!! Ce système colonial est tellement désuet et il est aberrant qu’une telle pratique existe toujours. Mais comme d’habitude, l’argument principal est la protection du cours du CFA, afin de le protéger contre l’inflation (ce qui n’a pas empêché une dévaluation de 100% du CFA en 1994!).

    Par contre une sortie de la non-convertibilité pour nous implique d’abord que le pays soit suffisamment solide économiquement et politiquement, afin de ne pas sombrer dans les mêmes travers qu’à connu le Zimbabwe avec son hyperinflation depuis les années 90 (Excellent exemple d’ailleurs du danger des monnaies fiat).

    Le Bitcoin, que j’ai introduit à mes lecteurs sur mon blogue, en début d’année dans une série en 3 parties (http://bobbyfinance.com/?s=bitcoin&submit=Search) est une alternative forte intéressante pour les pays africains qui veulent récupérer leur autonomie monétaire. Par contre il est difficile de ne pas y voir un acte contestataire, qui défierait les autorités gouvernementales. A mon avis il faudrait introduire certains états, au potentiel des crypto-devises, en essayant d’en faire des partenaires, plutôt que des ennemis. Mais bon, on n’en n’est pas encore là….

    Merci encore pour l’article!

  • Slim Bouzid

    Merci pour ton commentaire,

    Les pays de la zones CFA souffrent du même manque de libertés financières et monétaires que les pays d’Afrique du nord. Bref on a tous hérité du centralisme républicain français lol.
    Sur un point je ne suis pas d’accord avec toi :  »une sortie de la non-convertibilité pour nous implique d’abord que le pays soit suffisamment solide économiquement et politiquement, afin de ne pas sombrer dans les mêmes travers qu’à connu le Zimbabwe avec son hyperinflation depuis les années 90 »
    À vrai dire, je pense que c’est le contraire, c’est les lois de non convertibilité qui affaiblissent les devises, comme je l’avais expliqué plus haut c’est généralement dans les pays qui appliquent les lois de non convertibilité qu’on voit le pus d’inflation, et de dépréciation monétaire. Je ne pense pas qu’au Zimbabwe au temps de l’hyperinflation la devise y était convertible.

    J’aime beaucoup ton site, je te souhaite une bonne continuation.

  • economienet

    Bravo pour l’article, pas grand chose a ajouter a part Bitcoin. Je pense qu’il va disparaitre a cause de sa volatilité, donc tu ne peux pas esperer grand chose des cryptocurrencies. Regarde comment le cours de bitcoin change a chaque declaration politique US a son sujet. Ca ne peut pas marcher, y croire c vraiment utopique.

  • Pingback: Tunisie : après Paypal, la libéralisation du dinar ? | Contrepoints()

  • Pingback: Arab World Studies Institute()

  • Moez

    Est il possible d acheter des bitcoin en tunisie?est il considere comme illegal en tunisie?