C’est là où s’était tenu le dernier que, symboliquement, a été tenu le 15 septembre 2021 soit 19 mois plus tard ce premier repas de l’ère Covid.

Vraie et grande joie de retrouver, autour des 3 « co-fondateurs » plus de 40 amis : anars, pas anars, développeurs, traders, chercheurs, un artiste célèbre dans la communauté, ou un militaire féru de blockchain… des gens venus de Paris, Bordeaux, Nantes, Strasbourg et Neuchâtel. Bien sûr ce fut fort arrosé (à l’eau de pluie autant qu’à la tisane de houblon ou au jus de treille). Et comme toujours, des nouveaux venus, certains tout juste adhérents au Cercle du Coin qui se sont joints aux « piliers » de ces repas et ont exprimé le plaisir qu’ils avaient pris à cette rencontre originale.

Les conversations ont évidemment porté sur le temps qui a passé, mais aussi sur l’actualité marquée par tant de polémiques autour des libertés publiques, et de manière plus spécifique sur l’actualité de la crypto: bilan de l’événement Surfin Bitcoin , soubresauts marqués de certains jetons, actualité douteuse autour de certains stablecoins avec notamment l’ombre inquiétante d’un défaut du promoteur immobilier chinois Evergrande dans lequel l’un de ces coins dits stables serait inconsidérément exposé. On a parlé NFT, bien sûr.

Les plus acharnés ont, selon l’usage, poursuivi au Sof’s bar, tandis que l’ami Lionel, dans son train de retour, tirait l’enseignement des rencontres de Biarritz et Vincennes en postant un intéressant article sur Les divisions idéologiques de la Révolution Bitcoin.

Article précedent53ème Repas, dans le Parc de Vincennes
Jacques Favier
Jacques Favier est co-fondateur et Secrétaire du Cercle du Coin. Il anime les repas du Coin. Il est aussi l'un des co-fondateurs de Catenae, cabinet de conseil en intelligence stratégique des protocoles. Normalien et agrégé d'Histoire, après un court passage par la Banque, il a eu une longue expérience dans l'investissement. Intéressé par l'histoire de la monnaie, collectionneur d'instruments monétaires, financiers ou para-monétaires les plus divers, il aborde la révolution du bitcoin à la fois en investisseur et en historien. Il ne déteste pas les détours par la BD. Sur son propre blog La voie du Bitcoin il veut faire partager sa conviction que l'histoire permet d'enrichir notre questionnement sur les mutations présentes, avec leurs risques et leurs opportunités.