Le repas de « rentrée » s’est tenu, pour la première fois, à Lyon, où se sont retrouvés le 12 septembre un petit contingent de parisiens et les habituels « piliers » (bordelais, marseillais et autres) du repas, de nombreux amis venus de Suisse et bien sûr des convives lyonnais dont c’était la première participation à cet événement. Parmi ces derniers, des « bitcoin enthusiasts »  et des entrepreneurs travaillant sur divers projets d’utilisation de la blockchain.

Un repas faisant honneur à la réputation gastronomique lyonnaise (dans un établissement suggéré par l’un des nouveaux convives) au cours duquel les conversations ont tourné notamment  sur :

  • la (récente) découverte selon laquelle le cadastre du Honduras ne serait pas sur la Blockchain
  • la venue prochaine d’Andreas Antonopoulos en France
  • les conséquences du fork de l’éther
  • la suite des discussions déjà engagées au sein du Cercle du Coin autour de la technologie IOTA
Article précedentInterview du député Pascal Terrasse
Prochain articleExpanse – Analyse de marché #4
Jacques Favier
Jacques Favier est co-fondateur et Secrétaire du Cercle du Coin, et l'un des 3 animateurs des repas du Coin. Normalien et agrégé d'Histoire, après un court passage par la Banque, il a eu une longue expérience dans l'investissement. Intéressé par l'histoire de la monnaie, collectionneur d'instruments monétaires, financiers ou para-monétaires les plus divers, il aborde la révolution du bitcoin à la fois en investisseur et en historien. Il ne déteste pas les détours par la BD. Sur son propre blog La voie du Bitcoin il veut faire partager sa conviction que l'histoire permet d'enrichir notre questionnement sur les mutations présentes, avec leurs risques et leurs opportunités. Mais il écrit aussi régulièrement sur le Coin-Coin, en abordant des sujets plus politiques ou actuels.